top of page

Les chenilles processionnaires : un guide sur ces nuisibles urticantes à éviter

Dernière mise à jour : 30 oct. 2023

Chaque année, les chenilles processionnaires font parler d'elles, et de plus en plus tôt, à travers toute la France. Depuis avril 2022, elles sont classées nuisibles (Décret n°2022-686) en raison de leur prolifération qui menace la santé humaine et la flore. Ces larves de papillons de nuit provoquent notamment la défoliation des arbres qu'elles colonisent et présentent un danger en raison de leurs poils extrêmement urticants, tant pour les humains que pour les animaux.





Dans cet article, nous vous présenterons les deux espèces présentes en France qui ont un impact sur la santé humaine : la chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pytiocampa) et la processionnaire du chêne (T. processionea). Nous vous expliquerons également pourquoi elles portent ce nom et comment les reconnaître.


Les chenilles processionnaires : espèces et caractéristiques
1.1 La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pytiocampa)

La chenille processionnaire du pin est une espèce courante en France. Ces chenilles vivent en groupe et se déplacent en file indienne, d'où leur nom "processionnaires". Elles tissent des nids de soies tout au long de leur développement dans l'arbre qu'elles colonisent, et sortent la nuit pour se nourrir de ses feuilles. À leur dernier stade larvaire, les processionnaires du pin descendent le long du tronc pour s'enfouir dans le sol et se transformer en chrysalide.


1.2 La processionnaire du chêne (T. processionea)

La processionnaire du chêne est une autre espèce présente en France. Contrairement à la chenille processionnaire du pin, les processionnaires du chêne restent dans leur arbre pour leurs dernières étapes de transformation. Elles construisent également des nids de soies et se nourrissent des feuilles du chêne. Ces chenilles ont une couleur gris argenté et atteignent jusqu'à quatre centimètres de longueur à la fin de leur croissance.


Distribution géographique des chenilles processionnaires en France

Les chenilles processionnaires du pin et du chêne sont présentes sur l'ensemble du territoire métropolitain français. Aucun département n'échappe à la présence de l'une ou l'autre de ces espèces, et dans certains cas, les deux espèces coexistent. Cependant, leur histoire et leur expansion diffèrent.


La chenille processionnaire du pin s'est initialement développée dans les forêts de conifères des régions atlantique et méditerranéenne. Cependant, en raison des hivers de plus en plus doux, elle a progressivement remonté vers le nord et s'est implantée dans des régions où elle n'était pas présente auparavant.


La processionnaire du chêne, quant à elle, était initialement présente dans les régions méditerranéennes. Cependant, elle a également étendu sa zone de distribution et peut maintenant être trouvée dans d'autres régions de la France.


Période d'activité et risques d'exposition

Les chenilles processionnaires du pin et du chêne sont actives principalement entre les mois de novembre et d'avril. Pendant cette période, elles représentent un risque élevé d'exposition en raison de la présence de leurs poils urticants. Ces poils, facilement détachables, sont dotés de petites hampes qui se fixent sur la peau, les yeux ou les voies respiratoires, provoquant des réactions allergiques sévères chez certaines personnes.


Il est important d'être conscient des risques lors de promenades en forêt, de pique-niques sous les arbres infestés, ou même lors de travaux d'élagage et d'entretien des arbres touchés.


Précautions et mesures de prévention
4.1 Protection personnelle

Pour éviter tout contact avec les chenilles processionnaires et leurs poils urticants, il est recommandé de prendre certaines précautions. Portez des vêtements longs, des gants et des lunettes de protection lorsque vous vous trouvez dans des zones infestées. Évitez de toucher ou de manipuler les chenilles ou leurs nids. Ne laissez pas les enfants jouer à proximité des arbres infestés et évitez de sécher du linge à l'extérieur sous ces arbres.


4.2 Protection des animaux

Les animaux domestiques, en particulier les chiens, sont également vulnérables aux poils urticants des chenilles processionnaires. Pour les protéger, il est recommandé de tenir les chiens en laisse lors des promenades en forêt et d'éviter les zones infestées. En cas de contact avec les chenilles ou leurs poils, consultez rapidement un vétérinaire.


Lutte contre la prolifération des chenilles processionnaires

La lutte contre les chenilles processionnaires est une responsabilité partagée entre les autorités régionales, les municipalités et les propriétaires d'arbres. Différentes approches peuvent être utilisées pour contrôler leur population. Parmi les méthodes possibles, on retrouve l'utilisation de pièges spécifiques pour capturer les chenilles, la lutte biologique avec des prédateurs naturels, l'élagage des arbres infestés, et l'utilisation de traitements chimiques ciblés lorsque cela est nécessaire.


Que faire en cas d'exposition aux poils urticants ?

En cas de contact avec les poils urticants des chenilles processionnaires, il est important de réagir rapidement. Enlevez délicatement les vêtements contaminés et lavez soigneusement la peau à l'eau froide sans frotter. Évitez de vous gratter ou de vous frictionner, car cela pourrait aggraver les symptômes. Appliquez des lotions apaisantes et consultez un médecin en cas de réaction allergique grave ou persistante.


Conclusion

Les chenilles processionnaires sont des nuisibles urticantes qu'il est important de connaître et d'éviter. En reconnaissant ces larves de papillons de nuit et en prenant des précautions, nous pouvons minimiser les risques pour notre santé et celle de nos animaux de compagnie. La lutte contre leur prolifération requiert une approche collective, et chacun peut contribuer à réduire leur impact en adoptant des mesures de prévention et en signalant les foyers infestés aux autorités compétentes.


Commentaires


bottom of page